Praslea le vaillant et les pommes d'or

  -Scenario-

  

Distribution de pièce

 

Conteurs                                                           Klára Petrášová, Jaroslav Zukerstein

Roi (sage et prudent)                                       Jan Laky

1er fils (hautain)                                                Tomáš Šenfeldr

2e fils (pas beaucoup intelligent)                      Jan Cestr

Prâslea (courageux)                                          Jakub Herák

1er fille                                                                Karolína Horáková

2e fille                                                                 Markéta Šupová

3e fille (la cadette)                                              Iva Nováková

1er et 2e dragon                                                  Luděk Nový

3e dragon                                                            Štěpán Šplíchal

Oiseau (fort)                                                       Vlastislav Frič

Petit (d’oiseau)                                                   Zdeňka Tomášová

Corbeau                                                              Tomáš Nešev

Orfèvre                                                                Luděk Nový

 

 

Scène 1: Chambre avec le trône

(Roi, 1er fils)

 

 

Conteur:         Il était une fois, il était au temps jadis, car si cela n’était, cela ne mériterait pas d’être raconté. Il était une fois un roi grand et puissant. Il avait autour de ses palais un beau jardin plein de fleurs. Au fond du jardin il y avait aussi un pommier qui faisait des pommes d’or. Depuis qu’il le possédait, le roi n’avait pas pu goûter de pommes mûres. Après l’avoir vu fleurir, donner des fruits et commencer à mûrir, pendant la nuit quiconque est venu à la dérobée et il a volé les fruits juste avant d’être bien mûrs. Tous les meilleurs soldats que le roi avait mis à faire le guet n’avaient pas réussi à pincer les voleurs. Finalement, l’aîné du roi vint chez son père.

 

1er fils(à son père):     Mon père, j’ai été élevé dans ton palais et j’ai admiré les beautés de tes jardins et du pommier doré. Je n’ai jamais pu goûter les pommes d’or, moi non plus. Permettez-moi, donc, que je fasse le guet ces nuitées et je vous promets de capturer le voleur et le punir.

 

Roi(supris, inquiété):  Mon cher fils, déjà beaucoup d´héros essayaient de garder les pommes d’or mais personne n’a réussi. Je désire ardemment voir sur ma table au moins un fruit de cet arbre. Donc va-t-en et garde-le le mieux, même si je ne crois pas dans ta réussite.

 

Scène 2 :Jardin, pommier

(Roi, 1er fils, plus tard 2e fils et Prâslea)

(le fils dort sous l’arbre)

 

Conteur:         Alors, le fils du roi se mit à guetter toute une semaine. Pendant la nuit il guettait et au long de la journée il se reposait. Mais un matin il se retourna attristé chez son père.

 

1er fils (tristement):     Je suis désolé, mon père, mais je n’ai pas réussi. Je faisait le guet jusqu’à minuit et puis je me suis endormi. Quand je me suis réveillé, j’ai vu que les pommes manquaient.

(Le roi baisse la tête, roi est attristé)

Roi:                 Alors, je devrai attendre encore une année.

 

Conteur:         Le printemps prochain, le deuxième fils vint à son père lui demandant à lui permettre de faire le guet.

 

2e fils:             Mon père, l’année passée mon frère n’a pas réussi à trouver les voleurs de tes pommes dorées. Mais moi, je vais les pincer.

 

Roi(défiantement):     Si tu crois que tu es meilleur que ton frère, il n’y a pas de problème. Va et aide-moi que je ne souffre plus.

 

Conteur:         Mais le deuxième fils s’est endormi, lui aussi, et roi était affligé et pensa à couper le pommier. Mais le benjamin, Prâslea, vint à son père lui disant:

(le 2e fils s’excuse à son père, Prâslea vient)

Prâslea:          Mon père, il y a tant d’années que tu as souffert tant d’ennuis à cause de cet arbre, mais ne le coupe pas. Je te prie d’attendre encore une année  pour que je puisse tenter la chance, moi aussi.

 

Roi(avec dérision):     Vas-y. Les deux aînés et autant d’autres gens vaillant et experimentés n’ont point pu faire et c’est justement toi, un blanc-bec, qui va réussir?! N’as pas tu entendu les histoires affreuses racontées par tes frères? Il y a quelque chose de magique.

 

Prâslea(courageusement):     Je n’ose pas promettre que je vais pincer les voleurs mais je dis seulement que si je fais un essai, moi aussi, ça ne pourra pas te faire mal.

(Roi est d’accord)

Conteur:         Le roi fut d’accord.

 

 

Scène 3: Le printemps

(Roi, Prâslea)

(le pommier avec pommes, le roi marche autour de lui avec visage inquiété, Prâslea viens contre son père)

 

Prâslea(fièrement):     Mon père, il est le grand temps d’aller monter la garde.

 

Roi(défiantement):     Va-t-en, mais toi aussi, sans aucune doute, tu rentreras honteusement comme tes frères aînés.

 

Prâslea(avec sourie): Ce ne serait pas une si grande honte pour moi, car je suis le benjamin et je ne promets pas d’arrêter les brigands. Je veux seulement tenter ma chance.

 

Scène 4: Jardin, soir

(Prâslea)

(Prâslea empaquetant des livres et flèches; viens au pommier)

 

Conteur:         À la tombée du soir, il s’en alla et emporta deux livres, deux pieux, son arc et les flèches.

(un son étrange, brui des feuilles, musique dramatique; Prâslea lance les flèches en direction

de pommier, un gémissement, tout à coup silence mysterieux)

 

 

Scène 5: Matin, palais

(Roi, tous les troi frères)

(Prâslea apporte des pommes au roi)

 

Conteur:         Le prince cueillit des pommes et il les emporta à son père. Jamais de sa vie, le roi n’avait ressenti une plus grande joie au cœur qu’au moment quand il a vu sur sa table les pommes d’or dont il n’avait jamais goûté.

(le roi ravi, prend les pommes)

Prâslea:          Mes frères, venez avec moi, on va trouver les voleurs!

(les frères sont d’accord)

1er fils:            Nous t’accompagnerons, parce que nous voulons punir les voleurs, nous aussi.

 

2e fils:             Nous devrions prendre des cordes et d’autres choses utiles.

 

Prâslea:          Oui, tout ce que vous dites est vrai. Et nous devrons suivre le trace de sang.

 

 

Scène 6: Paysage avec gouffre

(Tous les trois frères, des gardiens)

 

Conteur:         Un après-midi, ils se mirent en marche. Ils suivirent le trace de sang. Chemin faisant, ils trouvèrent un gouffre où la trace disparaissait. Ils demandèrent aussitôt des cordes épaisses et se préparèrent à descendre.

(Ils se preparent à descendre au gouffre)

(Prâslea descend et apparaît dans un autre monde)

2e fils(doucement afin que      Que nous attendions jusqu’à ce que nous voyions s’il a du

Prâslea ne l’entend pas)         succès dans son entreprise, et alors, nous le tuerons pour nous débarrasser d’une telle personne qui nous remplit de honte.

 

 

Scène 7: Palais de bronze

(Prâslea, 1ère fille, 1er dragon)

(Prâslea se promène dans l’autre monde, il viens au palais de bronze dans lequel il entre)

 

1ère fille(joyeusement):           Je remercie Dieu pour m’avoir donné la possibilité de voir un terrien. Comment est-ce que tu est arrivé ici, mon frère? C’est la domaine de trois frères dragons qui nous ont enlevées de chez nos parents. Nous sommes trois sœurs, des filles de roi du même monde que toi.

 

Conteur:         Prâslea lui racontait sur les pommes d’or et sur ce qui avait passé avant son arrivée.

(Prâslea et 1ère fille discutent entre eux)

Prâslea:          Dis-moi quelque chose sur les dragons, leur force. Est-ce qu’on peut les vaincre?

 

1ère fille:          Les dragons nous obligeaient à les épouser. Ils sont très vaillants et forts. Mais maintenant, cache-toi quelque part pour ne pas te trouver dans le chemin du dragon, car il est colérique et jette feu et flamme. C’est le temps de déjeuner et il a l’habitude de lancer sa massue qui se pend dans le clou.

(Des sons étranges, frappe de la porte)

(La massue rentre, puis le dragon)

Conteur:         Prâslea prit la massue et la lança en arrière et lorsque celle-ci passa à côté de dragon, le toucha à l’épaule.

 

1er dragon(surpisement):         Hum, hum. Je sens la chair de mortel de l’autre monde!

(Prâslea vient chez le dragon)

1er dragon:      Quel vent t’a amené sur ces terres, jeune homme? Tu veux que tes os restent l’au-delà?!

 

Prâslea:          Je suis venu pour attraper les voleurs des pommes d’or de mon père.

 

1er dragon(crie):          C’est nous les voleurs. Choisis entre le duel à l’épée, le combat aux massues et la lutte à mains nues.

 

Prâslea:          Je chosis la lutte à mains nues, parce que c’est plus juste.

(Musique dramatique)

(Ils luttent à mains nues, Prâslea est enforcé dans la terre, il se tire toutes ses forces et jette dragon jusqu’aux génoux et il lui coupe la tête)

1ère fille:          Merci que tu m’a sauvée. S’il te plaît, veuilles pitié aussi de mes sœurs et sauves-les.

 

Conteur:         Prâslea fut d’accord de libérer les sœurs de la fille. Après s’être reposé quelque jours, il partit sur les conseils de la jeune fille, trouver la deuxième sœur qui possédait le palais d’argent.

 

 

Scène 8: Palais d’argent

(Prâslea, 2e fille, 2e dragon)

(Prâslea entre dans le palais)

 

2e fille:            Sois le bienvenu, je suis reconnaisante que tu sois venu pour me sauver, mais cache-toi ou le dragon te tuera.

 

Prâslea:          C’est impossible de me cacher, j’ai promis à ta sœur que je te délivrerais.

(La massue revient, Prâslea la relance; le dragon vient, Prâslea frappe celui-ci à la tête, dragon tout troublé et meurt)

2e fille:            Je te rends grâce que tu m’as sauvée. S’il te plaît, échappe ma sœur cadette à la captivité, elle aussi. Mais le troisième dragon est plus fort que ses frères. Mais il est un peu malade à cause de ton coup de flèche qu’il a reçu lors du vol des pommes d’or.

 

Conteur:         Prâslea resta toute une semaine se délecter en compagnie de ces deux filles de roi et se reposer et ensuite il partit pour rejoindre le troisième dragon.

(Prâslea se repose pendant un moment, puis il part pour le palais d’or)

 

 

 

Scène 9: Palais d’or

(Prâslea, 3e dragon, 3e fille)

(Prâslea rencontre la 3e fille, parlent entre eux, la massue fait son apparition, Prâslea la lance et celle-ci heurt contre la poitrine du dragon)

 

3e dragon(furieusement):       Qui a osé empiéter sur mon territoire et pénétrer dans ma maison?

 

Prâslea(courageusement):      C’est moi. Celui qui a tué tes frères!

 

3e dragon:       Si c’est toi, je te punirai cruellement!

 

Prâslea:          À l’aide du bon Dieu, je saurai te damer le pion.

 

Conteur:         Ils convirent alors à lutter à mains nues.

 

 

Scène 10: La lutte

(Prâslea, 3e dragon, 3e fille, plus tard Corbeau)

(Prâslea et dragon comencent à lutter, la fille les regarde)

 

Conteur:         Et ils luttèrent, et ils luttèrent, jour d’été jusqu’au soir.

(Le corbeau tourne croassant autour eux)

3e dragon:       Corbeau, corbeau! Prends du suif dans tes serres et mets-le sur moi et je                                   te donnerai cette charogne.

 

Prâslea(crie): Corbeau, corbeau! Si tu mets sur moi du suif, moi, je te donnerai trois charognes!

 

Corbeau:        Quelle aubaine pour moi! Je rassasierais toute ma famille.

(Le corbeau sort, dragon et Prâslea luttent, le corbeau revient et prends du suif sur Prâslea)

 

 

Scène 11: Soir

(Prâslea, 3e dragon,3e fille, plus tard les autres filles)

(Prâslea et dragon luttent)

 

3e dragon(lassement,               Ma belle, donne-moi un peu d’eau pour me refraîchir et je

respire profondément)            te promets que nous nous épouserons demain même.

 

Prâslea:          Ma belle, donne-moi un peu d’eau et je te promets de t’emmener dans notre monde et une fois là-bas de nous marier.

 

3e fille:            Que Dieu t’entende, mon homme brave, et accomplisse ce vœu.

(la fille donne de l’eau à Prâslea)

(Prâslea boit, puis il enfonce le dragon dans la terre et lui coupe la tête)

(Toutes les trois filles viennent et embrassent Prâslea)

 

1ère fille:          Dès aujourd’hui tu seras notre frère.

 

2e fille:            Dans chaque palais il y a un fouet magique.

 

3e fille :           Si on frappe avec ces fouets dans les quatre coins des palais on a trois pommes.

 

 

Scène 12: Trois palais

(Prâslea)

 

Conteur:         Prâslea frappa avec le fouet aux quatre coins du palais et attendut.

(Prâslea frappe avec le fouet aux quatre coins de plateau et trois pommes apparaissent)

 

 

Scène 13: Le puits

(Prâslea, toutes les trois filles)

(Prâslea et les filles viennent au puits)

 

Conteur:         Ils firent secouer la corde de sorte. Les frères d’en haut se rendirent compte qu’ils devaient tirer la corde et ils tirèrent à la surface l’aînée avec sa pomme en cuivre.

(La 1ère fille monte avec pomme et une lettre)

1ère fille:          Je sens tant joie de revoir la Terre. Voilà une lettre de votre frère, il écrit que je dois marier son frère aîné.

(Le 1er fils est heureux, les frères font redescendre la corde)

(La 2e fille monte avec pomme en argent et sa lettre)

2e fille:            Et moi, je dois marier son deuxième frère.

(La 3e fille donne sa pomme à Prâslea, les frères font redescendre la corde, la 3e fille monte)

3e fille(tristement):      Je suis fiancée de Prâslea.

(Les frères font redescendre la corde)

Prâslea:          Moi, j’ai senti depuis quelque temps déjà que mes frères me portent rancune. (Prâslea attache à la corde une pierre) On verra ce qu’ils vont faire.

(Les frères lâchent la corde, Prâslea esquive pour ne pas être frappé par la pierre)

1er fils:            Nous sommes désolés mais notre frère est sorti par toujours.

(Les filles pleurent, la cadette pleure le plus, tous sortent)

 

 

Scène 14: Prâslea au gouffre

(Prâslea,  dragon, petit d’un oiseau géant, plus tard l’oiseau géant)

(Prâslea remercie Dieu d’être vivant)

(Prâslea entende un cri des petits)

 

Conteur:         Prâslea entendu un cri et un gémissement qui lui remplit le cœur de tristesse. Il regarda autour lui et vit un dragon qui s’était enroulé sur un arbre et montait pour manger le petit d’un oiseau géant.

 

Petit:               Viens ici, homme brave, afin que je te cache, parce que si mon père te voit dans sa grande joie, il t’avalera.

(Prâslea se cache, l’oiseau vient)

Oiseau:           Qui était celui qui t’avait aidé à tuer le dragon?

 

Petit:               Mon père, si je te le montre, est-ce que tu me promettras de ne lui rien faire?

 

Oiseau:           Je te le promets, mon cher enfant.

(Prâslea sorte du lieu où il a été caché, l’oiseau lui remercie)

Oiseau:           Comment puis-je te récompenser pour avoir arraché mon petit à la mort?

 

Prâslea:          Que tu m’aides à arriver sur le monde des mortels!

 

Oiseau:           Hm, c’est difficile ce qui tu me demandes, mais parce que je te dois la vie de mon petit, je suis prêt à t’aider. Prépare 100 kilos de viande en morceaux à un kilo chacun et 100 pains.

(Prâslea sort pour la viande)

Oiseau:           Prends place sur mon dos et chaque fois que je tourne la tête, tu me donnes à manger un pain et un morceau de viande.

 

Conteur:         Ils partirent. Lorsqu’ils étaient sur le point d’atteindre à la Terre le géant oiseau tourna de nouveau la tête pour lui donner à manger mais il n’y avait plus de viande. Alors, Prâslea sans perdre la tête, tira la glaive et coupa un morceau de viande de sa cuisse et le donna à l’oiseau géant.

 

 

Scène 15: L’arrivée

(Prâslea, l’oiseau géant)

(le paysage de la Terre)

 

Oiseau:           Si tu ne m’avais pas fait du bien et sans la sollicitation de mon enfant je t’aurais avalé. J’ai senti que le dernier morceau de viande que tu m’avais donné était plus doux que les autres et je ne l’ai pas avalé.

(L’oiseau crache le morceau, le remet à sa place et le colle avec sa salive)

(L’oiseau sort)

 

Scène 16: Dans la ville

(Prâslea, plus tard l’orfèvre)

 

Conteur:         En allant vers la ville de ses parents, Prâslea rencontra un voyageur qui l’informa que la cadette avait demandé au roi de donner l’ordre faire une fourche avec la quenouillée et le fuseau en or et qui sache filer toute seule, tout ça en trois semaines. Pourtant il vint à l’orfèvre.

 

Prâslea:          Mon maître, je vois que vous êtes affligé, parce que vous n’avez pas réussi à faire la fourche demandée par le roi et il n’y a que trois jours jusqu’au délai accordé. Laissez-moi la faire.

 

Orfèvre(incrédulement):        Tants de grands maîtres n’ont pas eu de succès et ce sera un déguenillé comme toi qui y parviendra?

 

Prâslea(fièrement):    Si je ne vous donne pas la fourche d’ici en trois jours, vous ferez de moi tout ce que vous voudrez.

(tous les deux sortent)

Conteur:         Le maître décida d’embaucher Prâslea et il lui donna une chambre où il pourrait travailler tout seul et pendant chaque nuit lui donnait une petite besace avec des noisettes. L’orfèvre était inquiet parce qu’en écoutant à la porte, il n’entendait que le bruit que Prâslea faisait en cassant les noisettes!

 

 

Scène 17: La remise de la fourche

(Prâslea, orfèvre, roi, 3e fille)

 

Prâslea:          Voilà la fourche. Vous pouvez la donner à la fille de roi.

 

Orfèvre:         Mon Dieu, je n’ai pas déjà esperé dans ta réussite. Pour te remercier, je vais t’acheter des vêtements neufs.

 

Conteur:         L’orfèvre vint au palais de roi pour lui présenter la fourche. Le roi récompensa l’orfèvre avec deux sacs d’argent.

 

3e fille(parle au roi):   Mon père, celui qui a fait cette fourche peux faire d’autres choses que je voudrais posséder.      

 

Conteur:         Le roi ordonna à l’orfèvre une couveuse avec des poulets, tout en or. Il lui dit qu’il devrait faire tout en trois semaines.

 

Orfèvre(à Prâslea):   Le roi m’a dit que je fasse une couveuse en or, tu pourrais m’aider?

 

Prâslea:          Pas de problème.

 

Conteur:         En trois semaines, l’orfèvre put venir à roi avec la couveuse.

 

 

Scène 18: La couveuse

(Roi, orfèvre, 3e fille, plus tard Prâslea)

(L’orfèvre porte la couveuse, il la donne à la fille)

 

Roi(à la fille): Voilà, tous tes désires ont été accomplis – il est venu le grand temps de te préparer pour le mariage.

 

3e fille(pressantement):          Mon père, celui qui a fait ces deux choses doit avoir aussi la pomme d’or du dragon. Je te prie, ordonne à l’orfèvre d’amener le maître qui les a faits

 

Roi:                Alors. Dis-nous, orfèvre, c’est toi celui qui a fait toutes ces choses?

 

Orfèvre:         Pardonne-moi que je vous ai menti. Mais ce n’est pas moi le créateur de ces objets rares. Mais comment amenerais-je devant votre Majesté ce maître? C’est un homme bête et déguenillé et il n’est pas digne de se présenter devant Votre Grandeur.         

 

Roi:                Ne me mens plus. Amène-lui qui que ce soit.

 

 

 

Scène 19: Prâslea et sa fiancée

(Roi, Prâslea,  3e fille, orfèvre, plus tard les frères)

 

Conteur:         Alors, l’orfèvre habilla Prâslea des vêtemens nouveaux et l’emmena chez le roi et celui-ci le présenta à la fille du roi

(Prâslea et orfèvre viennent)

3e fille:            Prâslea, c’est toi, mon amour?

(Orfèvre et roi sont surpris et regardent Prâslea)

Prâslea:          Oui, c’est moi.

 

Roi:                Mon fils, mais tes frères nous ont dit que tu était mort. Ils m’ont menti! Je vais les punir parce qu’ils ont voulu te tuer.

(les frères de Prâslea viennent et sont inquietés)

Prâslea:          Mon père, je les pardonne, mais que ce soit Dieu qui les punisse. Nous allons sortir devant le palais et nous allons lancer une flèche en haut et Dieu punira ceux qui ont péchés.

 

Conteur:         C’est ainsi qu’ils firent. Tous les trois frères sortirent dans la cour du palais  et lancèrent les flèches en haut. Celles des frères aînés tombèrent juste au sommet de leur tête en les tuant, tandis que la flèche du cadet tomba à ses pieds.

(les frères tombent morts, 1ère et 2e filles pleurent)

 

 

Scène 20: Le mariage

(Prâslea, toutes les trois filles, roi, orfèvre)

(Le mariage, tous sont gais)

 

Conteur:         Prâslea épousa la petite fille du roi. Tout le royaume s’est réjoui que le bon Dieu a fait rentrer sain et sauf le plus petit des fils du roi et se vantait des prouesses qu’il avait faites. Après la mort de son père il accèda au trône et il règne encore avec sa femme, s’ils ne sont pas mort.